Lucy Luck

Dans le Far West, contrée rude et sauvage où sévit la ruée vers l’or et les bandidas de grand chemin telles les soeurs Dalton (et leur redoutable Pa), la vie n’est pas facile. Heureusement, on peut compter sur la désarmante Lucy Luck (et sa fidèle Jolie Jumper) pour rétablir l’ordre où il n’y en a pas encore vraiment.
L’affable cowgirl tire plus vite que son ombre !

On ne présente plus Lucky Luke, si ? Le fameux cowboy de Morris, puis Goscinny (et leurs successeurs) qui tire plus vite que son ombre !

Classique parmi les classiques, Lucky Luke est une série de Western humoristique, même si le ton était un peu plus violent dans ses débuts. Le graphisme a doucement évolué vers plus de rondeurs alors que les histoires devenaient de plus en plus comiques, tout en gardant quasiment tout le temps un fond historique très documenté. J’ai toujours aimé Lucky Luke pour ça, cette espèce de volonté didactique à nous conter l’histoire de l’Ouest et ses coulisses.

La série est très longue et a vu passer beaucoup d’auteurs. Les créateurs originaux étant morts, Lucky Luke continue ses aventures à travers d’autres plumes et pinceaux. Si certains épisodes peuvent paraître moyens ou mauvais, la qualité est généralement au rendez-vous.

Les ingrédients de Lucky Luke ? Une galerie de personnages savoureux souvent tirés de l’Histoire (et caricaturés), de l’action spectaculaire (mais décalée), le duo entre le flegmatique Lucky Luke et le subtil Jolly Jumper et un graphisme diablement efficace et typé, pour le genre. Et des gimmicks récurrents imparables comme le départ final vers le coucher du soleil (« I’m a poor lonesome cowboy« ), les obsessions des Dalton («  Lucky lukkkke !! Lucky luuuke ! » « Du calme, Joe… » « Joe, du calme… » « Quand est-ce qu’on mange ?« ) ou encore les inévitables bêtises de Rantanplan.


Pan pan cul cul !

Bref, ce n’est pas un classique à deux balles.

Edité chez Dupuis, puis Dargaud, puis Lucky Productions, Lucky Luke est aujourd’hui sous le label Lucky Comics (albums Dargaud + Lucky Productions). Il existe aussi les séries Rantanplan et Kid Lucky (récemment relancée).

Pour suivre toute l’actu de notre pistol-héros : le site Lucky Luke.com !

Mon album préféré est probablement la guérison des Dalton. Et vous ?

9 réponses à “Lucy Luck

  1. waaaaaah! Pris de remords devant tant de faisanderie, tu as quand même daigné rajouter un cheval!!! :p :p :p
    gniark gniark gniark!!

  2. Pour moi, il y a un abîme entre la période Goscinny et celle qui suivit (pas avec celle qui précédait, déjà très talentueuse. Cf. Phil Depher !). Point de vue dessin, je trouve dommage que, vers la fin (Lucky Productions), Morris ait vraiment trop abusé du copié-collé, d’une expression faciale toujours semblable, bref qu’une certaine paresse se soit trop faite sentir. Mais lors de la collaboration des deux maîtres, quel plaisir !

    Mon préféré ? Je crois que cela reste Ma Dalton. Même si Billy The Kid, Les Rivaux de Painful Gulch ou Les Daltons dans le Blizzard se défendent bien !

  3. Moi je dois avoué que j’aime bien les vieux, comme « Phil defer le faucheux », quand Luke à son fameux pistolet 7 coups qu’il ne garde que dans cet épisode. Coup de coeur d’enfance je présume.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s