Bienvenue en 2015

voeux 2015 bisblog

« T’en re-vœux ? Y’en re-n’a ! »

Voilà le premier dessin que j’avais fait pour les vœux 2015… avant de me raviser car un peu trop déprimant. La réalité ayant finalement dépassé toutes mes espérances en même pas deux semaines, je vous re-souhaite donc mes meilleurs vœux pour 2015 !

Nous n’allons pas manquer de combats et on a intérêt à vite renouveler notre stock d’indignation car il va être vivement sollicité.

Bonne année !

Et après ?

Charlie 9 yop

 

J’ai commencé à écrire une longue tribune, je l’ai recommencé 3 fois puis effacée et je me suis dit : le dessin suffira à lui-même. On peut ajouter en question subsidiaire « et avant ? ».

Le combat pour la liberté d’expression, le droit de blasphème et la satire, il appartiendra aux satiristes qui s’y engageront. Pour le reste, rien n’est réglé. Les attentats de Paris s’inscrivent dans une longue liste, entourés par le carnage Taliban dans une école pakistanaise (141 morts dont 132 enfants) et le massacre incroyable perpétré par Boko Haram au Mali (plus de 2000 victimes)…

Que fera le citoyen, au-delà d’une ma-marche dominicale, d’arborer des slogans divers, de se regarder les arborer aussi pour finalement rentrer dans ses pénates ? Comment combattre ? Qui le peut ?

Face à des gens hermétiques à toute remise en cause ou critique, prenant le sacré comme prétexte au meurtre, se formant dans les interlignes de la République comme au Yémen, que peut-on ?

J’ai quelques points de vue sur tout ça, quelques idées. D’autres ont les leurs. Le défi est grand, mondialisé…

Rendez-vous demain !

Crise interne au RAID

charlie-yop-7

Un dessin un peu plus féroce. Je ne me réjouis cependant pas de la mort d’hommes, ni ne prône la peine de mort à l’heure où on entend certains mauvais esprits proposer un referendum en plein choc émotionnel national.

Un grand bravo à tous les professionnels du RAID, du GIGN, du BRI et tous les gens impliqués dans le sauvetage des otages et la capture des terroristes !

Courage aux musulmans de France et d’ailleurs qui vont aussi devoir soigner les plaies infligées par ces fous meurtriers.