L’album du jour !

Et voilà, Quai des Bulles est déjà fini ! Ça fait déjà une semaine, en fait… SNIF !

mouette-prix

Cette année, j’ai participé à la rédaction de la Gazette de la Mouette, petit journal réalisé pendant le festival avec la team des Bédéastes Imageurs, pour lequel j’ai dessiné -entre autres bêtises- de fausses couv’, sortes de « Mash-up d’auteurs BD«  :

jul-ferri-fus-copie neel-jung-fus-copie tronchet-sattouf-fus-copiejourdy-foerster

 

Bon, ça ne fera probablement marrer que les gens assez calés en BD, sur les auteurs et les éditeurs… 😉

 

mouettasses

Elfes Magazine

Bienvenue dans le métier !

Pour les ateliers BD du mercredi, mon nouveau jeu est de devenir éditeur d’Elfes Magazine, revue (imaginaire) consacrée aux fans d’univers elfiques et diverses héroïc-fantaiseries. L’ami Blek devient, lui, directeur artistique. Les élèves deviennent donc des artistes que l’on sollicite pour la réalisation du poster central du prochain numéro.

Au menu, exigences éditoriales ultra-commerciales et très sures d’elles, direction artistique fantaisiste, contraintes thématiques, nécessité de proposer plusieurs options et de travailler selon le désir du commanditaire… tout en trouvant son plaisir et en imposant ses choix. Et en plus, pression du délai à respecter, dramatiques et crises théâtrales lors des réunions de briefing… AAAAAAHHH ! ‘fallait pas être si curieux et demander comment ça de passait « en vrai« .

Pour les aider, je leur ai fait une démonstration de propositions :

(Cliquez pour grand format)


Certaines sont plus efficaces que d’autres. L’objectif étant de répondre aux 4 exigences :
– De l’elfe !
– De l’action !
– De la nature !
– Du sexy (mais pas vulgaire) !

Et ouais, on s’amuse bien le mercredi ! 🙂 Première échéance aujourd’hui…

♫ Spiderman ! Spiderman ! ♫

♫ He’s got radioactive blood ! ♫


(clic for big)

Oui, je sais, ce n’est pas sérieux…

Vous attendez frénétiquement le prochain épisode du BLOG (qui va passer en noir et blanc pour cause d’overbookage dû à un délai qui s’est réduit drastiquement), vous attendez impatiemment la reprise de la série régulière et les résultats du concours,…

Haissez-moi pour m’octroyer odieusement le temps de ce fan-art Amazing Spiderman !

Au passage, les personnages de Venom et Spiderman sont la propriété exclusive de MARVEL Comics, ainsi que la série Amazing Spiderman. Je me permets de les emprunter. Remarquez, dessiner la série ne me dérangerait pas du tout.

Enfin bref, je vous propose un pas-à-pas, puisqu’on me demande souvent à quoi ça sert d’apprendre la perspective et ses p*tains de point de fuite, l’anatomie et tous ces p*tains de muscles, la composition et ses p*tains de règles, la documentation, la lumière, l’encrage, la couleur (bon, je suis un p*tain de daltonien alors la couleur, c’est comme ça !).

==========================

1 = Saisir une idée et lui donner forme :
Aahh ! Spiderman et Venom ! Cette relation fusionnelle et haineuse. Cette débauche insupportable de compréhension mutuelle ! Cette orgie de toiles blanches et noires ! Ces combats homériques !
J’ai toujours adoré voir les deux s’écharper. J’aime aussi l’humour qui mâtine parfois la série Spiderman (qui n’est pas vraiment comique pourtant).
J’ai donc décidé d’une scène avec les deux personnages dans une genre de course-poursuite, ou une chasse, ou un combat… Et j’ai croqué.

2 = Composition, perspective et construction de personnages :
Vous savez quel croquis j’ai choisi. 🙂
J’ai placé le point de fuite SURTOUT PAS AU MILIEU. Esthétiquement, excentrer le point de fuite donne du dynamisme à la composition. De plus, je l’ai placé sur Spidey, près de son coeur. De ce fait, notre attention se porte prioritairement sur lui… et on découvre Venom en levant les yeux de ce point de focale, en remontant la goutte de venin.

N’oubliez jamais le SENS, ce que raconte votre image. Pour moi, ça prime même sur l’esthétique.

J’ai construit des toits enchassés dans une ruelle étroite, peu éclairée. Ensuite, j’ai posé les bases de mes personnages, sortes de squelettes « fil de fer » grossièrement habillés de chair.
J’ai même placé quelques valeurs (ombres) pour voir. Notez que les toiles renforcent la direction de l’oeil vers le centre d’attention principal.

3 = Anatomie :
Si notre squelette est bon (bons rapports de taille, mouvements crédibles, points d’appui cohérents,…) j’ai placé les masses musculaires. Bon, j’en ai fait beaucoup mais c’est surtout pour montrer l’intérêt de l’anatomie dans le comics de super-héros : on ne peut pas faire l’impasse de devoir apprendre la forme des muscles, leur place et comment ils fonctionnent entre eux et se déforment.

Et on voit que pour le gros Venom ou le svelte Tisseur, les muscles sont les mêmes, placés pareil et proportionnels.

4 = Croquis, habillage, lumières :
Voilà le croquis ! Je me suis documenté sur les costumes avec le dernier épisode de Spidey par le GRAND John Romita JR et j’ai composé des lumières et ombres en respectant la forme des muscles et aussi les matières (Venom tout lisse, Spiderman dont les parties rouges du costume absorbent plus la lumière que les sombres).

5 = Encres et matières :
Ensuite, encrage au pinceau et feutre fin et le tour est joué ! Sachez que le contraste attire le regard, que les lignes croisées et brouillonne dilue les détails. J’ai joué avec les briques et aussi avec la forme souvent foisonnante de Venom. Spiderman, lui se détache bien, quasiment encadré de noir avec un gros spot sur lui : la star.

On peut enfin achever ce joli dessin avec un coup de Photoshop pour faire des couleurs dégueulasses avec des yeux handicapés. Et ajouter un « spider sense » plutôt séminal. ^^

Lire la suite